Inégalités : le grand bond en arrière

Entretien avec Camille Landais*, chercheur au Stanford Institute for Economic Policy Research
Propos recueillis par Marc Chevallier et Jacques Goldstein

Depuis les années 1970 et l'explosion des hauts revenus, les inégalités progressent dans les pays développés. Une société de rentiers se remet en place. Une régression, dénonce Camille Landais.

Le rythme de la croissance a-t-il un impact sur les inégalités ?
Parle-t-on ici des inégalités en termes relatifs ou bien de la pauvreté, définie en termes absolus ?
Il faut distinguer les deux.
En général, lorsque la croissance augmente, la capacité à sortir une très grosse masse de la population de la pauvreté est également très importante.
C'est le phénomène de développement auquel on assiste en Chine et dans les pays émergents, et c'est une très bonne chose du point de vue du bien-être à l'échelle de la planète.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Inégalités : le grand bond en arrière ( n°102 )