Grand Paris et gros soucis

Antoine de Ravignan
Alternatives Economiques n° 375 - janvier 2018

L'Etat et les collectivités s'affrontent sur les financements pharaoniques du Grand Paris Express.

C'est au moins un sujet d'entente entre Valérie Pécresse et Anne Hidalgo.
La présidente (LR) de la région Ile-de-France et la maire (PS) de Paris ont voté le 1er décembre, comme d'autres élus, contre le budget 2018 de la Société du Grand Paris (SGP), société publique dirigée par l'Etat et en charge de la construction du Grand Paris Express.
Avec 200 kilomètres de lignes nouvelles de métro automatique souterrain et 68 gares à construire d'ici à 2030 dans la petite et la grande couronnes de la capitale, le Grand Paris est le chantier d'infrastructures le plus vaste d'Europe.
Il prévoit l'extension de quatre lignes de métro (4, 11, 12 et 14) et la construction de quatre nouvelles lignes (15 à 18).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Grand Paris et gros soucis ( n°375 )