Finance: la crise d'un paradigme

Jacques Adda, économiste, il enseigne à l'université Bar-Ilan (Israël)

La responsabilité du séisme financier de 2008 incombe largement aux Etats, qui ont laissé éclore et prospérer un système échappant à tout contrôle. Il est urgent d'en tirer les leçons.

La crise financière a mis en évidence la place démesurée prise par la sphère financière dans les économies contemporaines et son affranchissement des instances de contrôle monétaire et financier.
Déréglementation, désintermédiation et titrisation sont les trois piliers d'une dynamique de financiarisation de l'économie dont les secousses ébranlent périodiquement l'activité, mais dont la crise actuelle pourrait aussi marquer le terme.
Aux Etats-Unis comme en Europe, la socialisation généralisée des pertes d'un système livré à lui-même pose la question d'une nouvelle régulation de la finance mondiale.
1.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Finance: la crise d'un paradigme ( n°094 )