États-Unis : les cyberattaques, c'est secret défense

Rémi Sulmont, Correspondant de RTL aux États-Unis

Dîtes-nous quand vous êtes attaqués, nous ne vous dirons pas par qui. Au nom de la sécurité nationale, la Maison Blanche aimerait que les grandes firmes partagent leurs données avec elle. Tout en refusant de délivrer les siennes.

Plus de 70 ans après, chaque 7 décembre, les drapeaux sont encore mis en berne dans toute l'Amérique.
2 402 morts, six navires coulés, les États-Unis humiliés : le traumatisme de Pearl Harbor est enraciné dans la psyché américaine.
C'est à dessein que, à l'automne 2012, Leon Panetta, alors patron du Pentagone, a convoqué la mémoire de l'attaque japonaise et évoqué le spectre d'un "cyber-Pearl Harbor".
La cyberapocalypse ?

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/États-Unis : les cyberattaques, c'est secret défense ( n°094 )