Etats-Unis : retraites et destruction créatrice

Guillaume Duval

Le système de retraites américain plombe les industries traditionnelles. Et favorise la nouvelle économie.

General Motors et Ford, les géants qui dominaient l'automobile mondiale depuis près d'un siècle, sont au plus mal.
Un des noeuds de leurs problèmes se situe dans leurs engagements financiers en faveur de leurs anciens employés en matière de retraite et de soins de santé.
Ils pèsent 45 milliards de dollars dans le passif de General Motors et 27 milliards dans celui de Ford.
Plus de 10% du total de leurs dettes, deux fois les fonds propres du groupe chez Ford et trois fois chez General Motors.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Etats-Unis : retraites et destruction créatrice ( n°095 )