Emploi : une politique pas à la hauteur de la crise

Laurent Jeanneau

En cinq ans, nous pouvons atteindre le plein-emploi ", écrivait Nicolas Sarkozy dans son programme de 2007.
Comment ?
Principalement en mettant fin aux 35 heures.
Mais aussi en fusionnant l'ANPE et l'Unedic, en réduisant la fiscalité qui pèse sur le travail et en mettant en oeuvre une politique industrielle pour lutter contre les délocalisations.
La crise a balayé ces plans.
Entre début 2007 et fin 2009, près de 400 000 postes ont été détruits dans le secteur marchand.
Si l'économie s'est ensuite remise à créer des emplois jusqu'à la mi-2011, elle en détruit à nouveau depuis.
Et il en manque toujours plus de 150 000 pour retrouver le niveau de 2007 [1].

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Emploi : une politique pas à la hauteur de la crise ( n°101 )