Emploi : les vieux restent et les jeunes trinquent...

Guillaume Duval, rédacteur en chef d'Alternatives Economiques
À lire également
couverture
France : pourquoi la reprise sera lente
couverture
Générations

Les premiers résultats de « l'enquête emploi » de l'Insee montrent une tendance inquiétante : un taux d'activité des plus de 50 ans en augmentation, qui s'accompagne d'une forte hausse du chômage des plus jeunes. Une évolution aberrante liée notamment aux effets des réformes des retraites précédentes.

Le 3 juin dernier, l'Insee a rendu publics les premiers résultats de « l'enquête emploi »  pour le premier trimestre 2010. En comparant la situation d'aujourd'hui à celle qui prévalait au premier trimestre 2008, on mesure l'impact de la crise sur le marché du travail. Ce faisant, on décèle en particulier une tendance inquiétante : malgré la crise, l'emploi des salariés de plus de 55 ans a sensiblement progressé depuis deux ans, et cela bien que le chômage des plus de 55 ans ce soit lui aussi accru, tandis que l'emploi des moins de 50 ans a plus fortement chuté que la moyenne. Cette évolution aberrante est liée notamment aux effets des réformes des retraites précédentes. Elle risque encore de s'aggraver avec la réforme en cours…

Le choc subi du fait de la crise est très important : parmi les 40 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans, la proportion de ceux qui occupent un emploi a chuté en deux ans de 1 %, soit un recul équivalent à 400 000 personnes. Tandis que parallèlement la proportion de celles et ceux qui sont au chômage (au sens du BIT, c'est-à-dire qui n'ont pas travaillé du tout les semaines précédant l'enquête, cherchent activement du travail et sont immédiatement disponibles) a augmenté de 1,7 point, soit l'équivalent de 700 000 personnes de plus. Si la hausse du chômage est plus importante que la baisse de l'emploi, c'est parce que, dans le même laps de temps, la part de la population âgée de 15 à 64 ans qui veut occuper un emploi, la population dite active, s'est elle aussi accrue : elle a progressé de 0,8 point. Et 150 000 de ces 320 000 personnes actives en plus, presque la moitié, sont âgées de plus de 55 ans… C'est le résultat de la tendance lourde au développement de l'emploi des femmes mais aussi des réformes des retraites précédentes qui ont déjà sensiblement retardé l'âge auquel on peut quitter le marché du travail… Moyennant quoi, depuis deux ans, le taux d'emploi des plus de 55 ans a augmenté de 0,7 point, soit l'équivalent de 55 000 personnes de plus. Tandis que celui des 25-49 ans baissait de 1,6 point, plus que la moyenne, soit 327 000 emplois de moins. Cette hausse de l'emploi des plus de 55 ans n'empêche pas cependant le chômage de monter aussi dans cette tranche d'âge de 1,2 point, soit 96 000 chômeurs de plus de 55 ans de plus…

Bref, dans le contexte de la crise, les réformes des retraites précédentes ont abouti à une aberration : en retardant l'âge de départ en retraite, elles ont certes permis de développer l'emploi des plus de 55 ans, mais elles ont aggravé du coup mécaniquement la situation des moins de 50 ans sur le marché du travail. Sans même réussir à limiter pour autant le chômage des plus de 55 ans. Est-ce, dans ces conditions, vraiment le moment d'aller plus loin encore dans cette direction en retardant le moment auquel les salariés âgés auront le droit de partir en retraite ? Certes, un retraité coûte plus cher en termes de dépenses publiques qu'un chômeur (surtout si celui-ci est jeune ou de longue durée), mais en termes de préparation de l'avenir pour la société et l'économie françaises, il est difficile de voir dans une telle politique autre chose qu'un mauvais calcul comptable à courte vue…

Evolution de l'emploi, du chômage et de l'activité entre le 1er trimestre 2008 et le premier trimestre 2010, en % de la population totale de la tranche d'âge concernée

 

2008T1

2010T1 (p)

Personnes de 15 à 64 ans en emploi (taux d'emploi)

64,8

63,8

Hommes 15-64 ans

69,4

67,9

Femmes 15-64 ans

60,3

59,9

15-24 ans

29,0

28,2

25-49 ans

83,4

81,8

50-64 ans

55,2

55,6

Dont : 55-64 ans

41,1

41,8

Chômeurs

(part dans la population de 15 à 64 ans)1

5,0

6,7

Hommes 15-64 ans

5,0

7,1

Femmes 15-64 ans

5,0

6,4

15-24 ans

6,2

8,4

25-49 ans

5,9

7,7

50-64 ans

2,8

4,0

Dont : 55-64 ans

1,8

3,0

Personnes de 15-64 ans actives

(taux d'activité)

69,8

70,6

Hommes 15-64 ans

74,4

75,0

Femmes 15-64 ans

65,3

66,2

15-24 ans

35,2

36,7

25-49 ans

89,2

89,5

50-64 ans

57,9

59,5

Dont : 55-64 ans

42,9

44,8

Source : Insee

Guillaume Duval, rédacteur en chef d'Alternatives Economiques
Articles/Emploi : les vieux restent et les jeunes trinquent... ( n°052 )