Des terres rares très recherchées

Antoine de Ravignan

Le prix des terres rares - des métaux stratégiques pour l'industrie high-tech - a explosé depuis 2010. Et la Chine, seul pays à les produire, contrôle de plus en plus ses exportations.

Ils portent des noms dignes d'inoffensives garnisons romaines dans les aventures d'Astérix, mais ils provoquent une sacrée zizanie dans le village mondial.
Cérium, dysprosium, gadolinium, samarium, yttrium…, ces termes et une douzaine d'autres aussi exotiques forment une famille de métaux utilisés depuis longtemps en sidérurgie (pour rendre la fonte plus solide ou désoxyder l'acier) ou encore dans l'optique (pour polir les verres et accroître leur luminosité).
Désormais, ils sont particulièrement recherchés en raison notamment de leurs propriétés électromagnétiques utilisées dans nombre d'applications de haute technologie et dans de nombreux secteurs.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Des terres rares très recherchées ( n°099 )