Des premiers pas balbutiants sur le marché du travail

Emmanuel Sulzer, sociologue au Céreq

L'accès au premier emploi se fait plus rapidement qu'on ne le pense, mais la qualité de celui-ci est préoccupante. Surtout pour les jeunes sortant du système scolaire peu qualifiés.

Quoi qu'on en dise, la plupart des jeunes finissent par décrocher un travail.
Après une année de vie active, les trois quarts de ceux arrivés sur le marché du travail en 2004 étaient en emploi, selon le Centre d'études et de recherches sur les qualifications (Céreq) [1].
Ce taux restait stable par la suite (voir graphique page 70).
De la même manière, la part des jeunes débutants qui étaient au chômage après une année de vie active était de l'ordre de 12 % et se stabilisait ensuite, et ce en dépit de la crise économique perceptible dès la mi-2007.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Des premiers pas balbutiants sur le marché du travail ( n°101 )