Comptes : actionnaires contre entreprises

Denis Clerc

L'avidité des actionnaires en termes de dividendes compromet le développement des entreprises.

Les entreprises françaises seraient-elles en train de revivre la période noire de 1979-1985?
Ces années-là furent, pour elles, parmi les plus difficiles de l'après-guerre: leurs profits bruts, avant distribution de dividendes (1) à leurs actionnaires, ne parvenaient alors même pas à couvrir le montant de leurs amortissements (*) .
En d'autres termes, elles vivaient sur leur capital, faute de rentabilité suffisante.
Certains ont pu s'en réjouir, y voyant le début de la déliquescence d'un capitalisme devenu incapable de rémunérer ses actionnaires.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Comptes : actionnaires contre entreprises ( n°107 )