Compétitivité : rien ne se fera sans les salariés

Marc Mousli

Le rapport Gallois ne préconisait pas seulement de baisser le coût du travail. Il proposait aussi de réformer la gouvernance des entreprises en donnant davantage de place aux représentants des salariés et de renforcer les qualifications. Une nécessité pour redresser la compétitivité du pays.

Du rapport Gallois sur la situation de l'industrie française, on a surtout retenu l'idée d'un "choc de compétitivité", un report sur l'impôt d'une partie des cotisations sociales pour apporter un coup de pouce au rétablissement des marges des entreprises.
Ses propositions pour l'élévation de la qualification des salariés et leur participation à la gouvernance des entreprises n'ont en revanche guère été relayées par les commentateurs.
Elles auraient pourtant, si elles étaient retenues, des conséquences importantes sur le fonctionnement des entreprises et sur leur climat social.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Compétitivité : rien ne se fera sans les salariés ( n°107 )