Civiliser le capitalisme pour maîtriser la mondialisation

Entretien avec Robert Boyer, économiste, chercheur associé au Cepremap
Propos recueillis par Naïri Nahapétian

Robert Boyer nous propose de réformer en profondeur la gouvernance des banques et leur fonctionnement, mais aussi de limiter le pouvoir que l'argent a pris au cours de ces dernières années sur la politique.

Quelles réformes (y compris utopiques) faudrait-il mettre en oeuvre pour réguler le capitalisme et promouvoir une autre mondialisation ?
Même utopique, toute proposition pour réguler le capitalisme mondial doit partir des enseignements majeurs qu'a livrés la crise ouverte en 2008.
C'est en effet la perte de contrôle du secteur financier par la collectivité qui en explique la gravité et la durée.
La première mesure doit donc faire des banques et des institutions financières les auxiliaires de la puissance publique dans la gestion du crédit et de la monnaie, ce qui implique un changement radical de leur gouvernance.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Civiliser le capitalisme pour maîtriser la mondialisation ( n°104 )