Chine et Europe, un marché gagnant-gagnant ?

Fanny Costes, journaliste et Joël Ruet, économiste, chercheur CNRS au Centre d'études français sur la Chine contemporaine

La Chine, prospère, multiplie les investissements sur un Vieux Continent assoiffé par la crise. Plutôt que de les craindre, l'Europe peut avoir intérêt à les attirer.

L'Europe a attiré 10 milliards de dollars d'investissements directs étrangers (IDE) chinois en 2011 (sur 225 milliards d'IDE entrants), selon l'étude de juin 2012 du cabinet de conseil Rhodium Group.
Un petit pas à la mesure de l'économie chinoise, mais un grand bond en avant pour son implantation en Europe si on compare ce montant aux 3 milliards investis en 2010.
Et selon les prévisions de Rhodium Group, les IDE chinois en Europe pourraient atteindre entre 250 et 500 milliards de dollars d'ici à 2020, soit un quart de la totalité des investissements chinois à l'étranger.
Jusqu'en 2010, la Chine s'était concentrée sur l'extraction des matières premières.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Chine et Europe, un marché gagnant-gagnant ? ( n°099 )