Chine, la diplomatie du pétrole

Yann Mens

Pétrole, gaz, aluminium, nickel: Pékin mène une offensive tous azimuts pour soutenir son extraordinaire croissance. Et se risque même dans le pré carré américain. Enquête.

La Chine est plus en plus gloutonne.
Pétrole, gaz, cuivre, fer, aluminium, nickel… Hormis le charbon, dont il est riche et qui fournit encore l'essentiel de son énergie, le pays a un besoin vital de toutes les matières premières pour nourrir son impressionnante croissance.
Les dirigeants chinois le savent: jusqu'ici, ils ont pu acheter la paix sociale, et donc la stabilité du pouvoir politique, au prix d'une amélioration du niveau de vie de la population.
Dans les grandes villes de la côte, surtout.
Mais en cas de retournement, le risque d'explosion est réel.
Il faut donc que la machine économique continue de tourner à plein régime.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Chine, la diplomatie du pétrole ( n°099 )