Chine : face au peuple, le parti fuit en avant

Andrew Mertha, chercheur à la Cornell University et auteur de "China's Water Warriors : Citizen Action and Policy Change", Cornell University Press, Ithaca, 2008

La libéralisation du régime des années 2000 est un lointain souvenir. Un regain d'autoritarisme que Pékin croit estomper en flattant le nationalisme d'une population de moins en moins docile.

La direction du Parti communiste a toujours consacré une quantité considérable de son énergie et de son capital politique à influencer les préférences de la société chinoise.
Et jusqu'ici, elle a remarquablement réussi.
Certes, il y a aujourd'hui dans le pays une minorité qui réclame haut et fort d'importants changements dans le processus politique.
Mais pour l'instant en tout cas, la plupart des citoyens ont semblé se satisfaire d'avancées plus modestes et potentiellement plus stables (donc aussi plus durables) vers une libéralisation du régime.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Chine : face au peuple, le parti fuit en avant ( n°099 )