Banlieues : beaucoup de bruit pour rien ?

Xavier Molénat
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

1.
Ma cité va craquer !
, criaient en choeur depuis plusieurs mois les maires de banlieue, qui ont dû faire face à une suite de mauvaises nouvelles affectant directement leurs communes.
L'an dernier, en plein été, quelques jours après avoir annoncé la diminution des aides au logement (APL), le gouvernement d'Edouard Philippe avait amputé de 46 millions d'euros le budget, déjà famélique (411 millions), de la politique de la ville pour l'année 2017.
Puis, fin septembre, était annoncée une réduction drastique du nombre d'emplois aidés à partir de 2018, emplois auxquels ont massivement recours les structures intervenant dans les quartiers populaires.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Banlieues : beaucoup de bruit pour rien ? ( n°380 )