Au temps où la précarité était la règle

Gérard Vindt
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

Travailleurs indépendants, rémunération à la tâche… Le marché du travail renoue aujourd'hui avec les dures conditions du capitalisme à l'ancienne.

On ne parlait pas alors de travailleurs pauvres, mais de paupérisme.
Dans la France du XIXe siècle, la révolution industrielle pousse les pauvres des campagnes, surtout des ouvriers agricoles, à aller travailler dans les nouvelles fabriques.
Mais cela ne suffit pas : les paysans exploitants - fermiers ou propriétaires - et les travailleurs qualifiés des métiers traditionnels ne rejoignent pas les usines.
Celles-ci doivent donc recourir aux ruraux étrangers : aux frontaliers belges ou italiens, puis, plus tard, à d'autres nationalités européennes, avant de faire appel à la main-d'oeuvre venue des colonies.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Au temps où la précarité était la règle ( n°380 )