Alstom : l'arbre qui cache la forêt ?

Nicolas Véron

Péchiney, Arcelor et maintenant Alstom…, la France déclinante perdrait un à un ses champions nationaux. Le FT 500 dresse un tableau bien différent de la situation.

L'offre de rachat de la division énergie d'Alstom par l'américain General Electric (GE) a suscité beaucoup d'émotion en France.
Elle a généralement été perçue comme le symbole du déclin de l'Hexagone : l'un après l'autre, ses champions nationaux seraient en train de disparaître ou de quitter le territoire national.
Péchiney, le producteur d'aluminium, a été racheté par le canadien Alcan en 2003.
Arcelor, l'héritier de l'industrie sidérurgique française, jadis stratégique, a été absorbé par Mittal en 2006.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Alstom : l'arbre qui cache la forêt ? ( n°096 )