Actifs immatériels: comment compter ce qui n'a pas de prix?

Jean-Claude Dupuis, professeur à l'Esdes-UCL, responsable de l'Ecole française de l'immatériel

Difficilement quantifiable, le capital immatériel des entreprises ne figure que très partiellement à leur bilan, bien qu'il constitue environ les deux tiers de leurs actifs. Plusieurs initiatives visent cependant à bâtir un meilleur reporting de ces ressources, qui sont au coeur de la compétitivité des entreprises.

On sait à peu près combien vaut un terrain, une machine et comment les enregistrer dans les comptes des entreprises.
Mais comment faire pour une idée, une organisation, une image de marque?
Or, ce sont ces éléments immatériels qui, de plus en plus, font la véritable valeur d'une entreprise.
Le sujet n'est pas nouveau, mais les solutions n'ont pas encore été trouvées, et plusieurs initiatives récentes ont remis la question en chantier.
En France, le rapport Lévy-Jouet, publié en 2006 (1), avait formulé des recommandations.
Il avait été suivi en 2007 par la création d'un Observatoire de l'immatériel (2).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Actifs immatériels: comment compter ce qui n'a pas de prix? ( n°107 )