1945, la productivité au poste de commande

Gérard VINDT

En 1945, gouvernement, patronat et syndicats s'accordent pour relancer une production industrielle et une productivité tombées au plus bas. Une unanimité temporaire qui permet le redémarrage du capitalisme français sur de nouvelles bases.

Après la Libération, la Reconstruction.
La France de 1945 doit retrouver au plus vite et dépasser les productions d'avant-guerre, mais surtout accroître fortement la productivité.
Voilà le maître mot d'une période où se profile l'intégration des économies nationales occidentales dans une économie mondiale de plus en plus ouverte et dominée par les Etats-Unis.
En 1944, la production industrielle est réduite à 38% de ce qu'elle était en 1938 et à 29% par rapport à 1929.
L'Etat devient le maître d'oeuvre du redressement et de la modernisation.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/1945, la productivité au poste de commande ( n°083 )