1910, l'invention de la retraite

Gérard Vindt

La loi sur les retraites ouvrières et paysannes a accouché d'une souris. Mais elle a institué un principe assurantiel et le droit à la retraite pour tous.

Avril 1910: Jaurès, avec la majorité des députés, vote la loi sur les retraites ouvrières et paysannes (ROP).
Sans enthousiasme, "par une sorte de parti pris général", explique-t-il.
On comprend ses réticences: édulcorée par un Sénat davantage lié au monde de la propriété qu'au salariat, la loi n'est guère efficace.
Côté recettes, les cotisations patronales et ouvrières obligatoires sont fixées au niveau très modeste de 9 francs par an pour tout homme salarié (6 francs pour les femmes et 5,40 francs pour les 13-18 ans) touchant moins de 3 000 francs par an (salaire d'un ouvrier qualifié travaillant toute l'année et bien payé).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/1910, l'invention de la retraite ( n°095 )