"Les peuples doivent voir clair dans leur système de gouvernement"

Entretien avec Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne (1985-1994), fondateur du think tank Notre Europe
Propos recueillis par Sandra Moatti et Marc Chevallier

Le projet européen ne peut se construire dans le scepticisme des peuples. Pour lui redonner de l'élan, il faut davantage de coopération et de démocratie, selon Jacques Delors.

Depuis les débuts de la crise, on assiste un peu partout en Europe à une montée de l'euroscepticisme.
D'où provient, selon vous, cette désaffection ?
Dans certains pays de l'Union en effet, les citoyens ont le sentiment de payer pour des fautes commises ailleurs, tandis que dans d'autres pays, ils considèrent que leurs malheurs actuels viennent de l'Europe, alors qu'ils ne font que supporter les conséquences des bêtises de leurs dirigeants.
Les gouvernements, sensibles à la poussée des populismes, sont quant à eux tentés par un nationalisme rampant.
Résultat : l'Europe trinque.
Cette défiance était cependant décelable dès avant la crise de l'euro.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/"Les peuples doivent voir clair dans leur système de gouvernement" ( n°100 )